EN TRAIN DE LIRE...

Retail : la transformation digitale de Carrefour b...

Retail : la transformation digitale de Carrefour baptisée « Carrefour 2022”

Retail : la transformation digitale de Carrefour baptisée « Carrefour 2022”

Face aux nouveaux concurrents et aux nouvelles attentes des consommateurs… Le géant de la distribution, Carrefour, dévoile son plan de transformation “ Carrefour 2022”. Le but :  réinventer l’offre alimentaire et proposer une véritable expérience client omnicanal. La feuille de route et le plan d’attaque ont été exposés début 2018, par Alexandre Bompard, le nouveau PDG du groupe Carrefour.

Stratégie digitale 2018-2022 : Pourquoi a-t-on misé pour l’omnicanalité?

Le groupe Carrefour compte multiplier ses investissements dans le numérique par six. Une stratégie digitale qui s’articule autour de l’omnicanalité. « La mise en place d’un écosystème omnicanal est une condition indispensable à notre croissance future », a détaillé Alexandre Bompard, le nouveau patron de l’enseigne. « Le client doit être dans un même univers, qu’il soit en ligne ou en magasin. C’est comme ça qu’il devient plus fidèle ». D’où le budget de 2,8 milliards d’euros à allouer dans le digital d’ici 2022. « Cela représente 560 millions d’euros par an. C’est six fois plus qu’aujourd’hui » selon l’ancien patron de Fnac Darty.

 

Carrefour a annoncé une alliance stratégique avec Tencent, géant chinois des réseaux sociaux et médias et Yonghui, une chaîne de supermarchés chinoise. Avec ce partenariat, Tencent et Yonghui entrent au capital de la filiale de Carrefour en Chine, déficitaire depuis plusieurs années. Le distributeur français reste pour autant le premier actionnaire. Cet accord s’inscrit dans l’optique d’accélérer l’omnicanal de Carrefour et de permettre ainsi des ventes croisées entre les magasins physiques et les e-shop. N’oublions pas que Tencent, en plus d’être actionnaire du commerce en ligne numéro deux en Chine JD.com, détient Wechat, l’application de messagerie instantanée utilisée par un milliard de personnes chaque mois. Autrement dit, Carrefour va bénéficier de l’expertise en data et en marketing de Tencent pour optimiser ses données, adapter ses offres et se positionner sur le support mobile. Sur la liste également, le lancement de systèmes de paiement et de crédit avec Webank, la première banque privée chinoise en ligne, lancée par Tencent. « Ce partenariat va nous permettre de jouer un rôle de premier plan en Chine dans le e-commerce alimentaire », a affirmé Alexandre Bompard.

 

Le géant de la distribution compte focaliser ses efforts dans le domaine de la qualité, de la sécurité alimentaire et du bio. Tout cela pour satisfaire des consommateurs de plus en plus exigeants face à la traçabilité des produits et le circuit court qui est un mode de mise en marche avec, au plus, un intermédiaire entre le producteur et le consommateur. Ceci s’inscrit dans l’intention de « Carrefour [de] devenir le leader mondial de la transition alimentaire » comme l’a déclaré le PDG. Le groupe s’engage désormais à encourager les modes de production et de consommation durables.

Transformation digitale : les grands détaillants se lancent dans la livraison digitale

Dans le but d’élargir l’offre de ses services, Carrefour propose un service de livraison pour offrir à ses clients une expérience omnicanal riche. L’ensemble des solutions de livraison offertes par le distributeur français vont être appuyées et généralisées en France : la livraison à domicile va s’étendre à 26 villes et 15 villes vont profiter de la livraison express en 1h dès 2018.

 

Toujours dans le cadre de la transformation digitale des supermarché, Migros et LeShop prennent eux aussi leur propre virage digital.

 

Migros va tester bientôt la version bêta de son service de «social shopping», incarné par une application mobile pour iOS et Android. «Amigos» permet en effet à des particuliers de faire les courses pour d’autres personnes dans les supermarchés Migros pour une rémunération en contrepartie : 7,90 francs pour un sac d’emplettes avec 2 francs par sac supplémentaire, comme indiqué par amigos.ch.

 

LeShop.ch,filiale du Groupe Migros, offre à ses clients la possibilité de retirer leurs courses dans 80 points de retrait «PickMup» sur toute la Suisse. L’objectif : proposer à  95% des citoyens suisses des lieux de retrait de marchandise accessibles ( à moins de 15 minutes de trajet en voiture). Le géant de l’alimentation LeShop.ch offre un autre service en partenariat avec Volvo et la Poste Suisse. C’est le «In-car Delivery» qui est un projet de livraison directe des achats dans les coffres de voitures des clients à l’aide d’une clé à accès temporaire. Pour le moment, Seuls les propriétaires des derniers modèles de Volvo, à Genève, Lausanne, Zurich et Berne ont accès à ce service. En attendant une généralisation sur d’autres marques de véhicule ?